Le Bus Autonome

Volvo dévoile le “premier” bus électrique autonome à Singapour. Volvo a dévoilé un bus autonome électrique pionnier, sans conducteur ,  qui doit être testé avant d’être mis en service sur les routes de Singapour. Le milieu du transport fait face a de nombreuses évolutions et ce bus autonome compte bien s’imposer dans ce domaine.

Ca ressemble à quoi ?

Le bus AB 7900 de 12 mètres de long a une capacité de 93 personnes et peut transporter 57 passagers debout ainsi que ceux assis.

Bus Autonome

Contrairement aux autobus classiques utilisés dans les réseaux de transport en commun du monde entier, ce véhicule électrique ne produit aucune émission et utilise 80% moins d’énergie qu’un autobus diesel de la même taille.

“Nous sommes très fiers de présenter notre bus autonome électrique doté de la technologie de conduite autonome. Il représente une étape clé pour l’industrie et une étape importante vers notre vision d’une ville plus propre, plus sûre et plus intelligente”, a déclaré Håkan Agnevall, président de Volvo Buses .

Comment il fonctionne ?

Conçu en collaboration avec l’université technologique singapourienne Nanyang Technological University (NTU), le bus autonome sans conducteur utilise des capteurs et des commandes de navigation à intelligence artificielle. “Le parcours vers la pleine autonomie est sans aucun doute complexe et notre partenariat précieux avec la NTU et l’Autorité des transports terrestres de Singapour est essentiel à la réalisation de cette vision, de même que notre engagement à appliquer une approche axée sur la sécurité”, a déclaré Agnevall.

Le système d’exploitation est complété par des mesures de cybersécurité pour assurer sa sécurité sur les voies publiques. Les capteurs et les commandes de navigation comprennent des capteurs de détection de la lumière et de télémétrie (LIDAR), des caméras stéréoscopiques qui capturent des images en 3D, ainsi qu’un système de navigation par satellite global.

Ce système de satellite est similaire à un GPS classique, mais utilise plusieurs sources de données pour donner une précision ponctuelle au centimètre près. Il fonctionne en parallèle avec une “centrale de gestion inertielle” qui mesure la vitesse et les mouvements du bus autonome. Cela améliorera la navigation dans les bus sur des terrains accidentés et dans des virages serrés, garantissant ainsi une conduite fluide des passagers.

Deux autobus sont actuellement testés dans la cité, l’un sur le campus de la NTU et l’autre dans un dépôt de bus autonome exploité par l’opérateur de transport en commun singapourien SMRT . Ils joueront un rôle clé dans la détermination du contrôle technique des véhicules.

“Le premier bus autonome de 12 mètres au monde façonnera l’avenir des transports en commun en promouvant un système de transport sûr, efficace, fiable et confortable pour tous les navetteurs”, a déclaré la présidente de la NTU, Subra Suresh. “Il sera bientôt testé sur le campus intelligent de NTU, qui est un banc d’essai vivant pour les technologies de véhicules autonomes depuis 2012”, a-t-il poursuivi.

Les données des essais serviront à améliorer la technologie avant la mise en service des bus autonome en tant que transport en commun.

Volvo s’est récemment séparé du secteur des transports pour collaborer avec des chercheurs australiens sur Living Seawall, un ensemble de 50 tuiles installées dans le port de Sydney . Fabriqués à partir de béton et de plastique recyclé, les dalles de forme irrégulière attirent la vie marine qui filtre l’eau.